1953


1953 | Les événements.

1er juin / 22 juin 1953 : La guerre des moutons.

Les autorités andorranes ayant multiplié les embûches pour que le poste de la Sofirad ne puisse pas construire son émetteur concurrent "Andorradio", la riposte du gouvernement français arrive en juin 1953. Le Viguier de France décide d'instaurer un visa de 1000 francs pour pouvoir entrer en Andorre, ce qui compromet gravement une des principales ressources de la Principauté, le tourisme. La frontière andorrane est totalement fermée, on ne peut plus entrer ou sortir du pays par le côté français. Même les bergers andorrans, qui avaient l'habitude de faire paître leurs troupeaux du côté français, sont expulsés manu militari et leurs sauf-conduits sont annulés. Cette tradition de transhumance des troupeaux entre la France et l'Andorre était vieille de plusieurs siècles. La presse française parle sur un ton sarcastique de la guerre des moutons entre l'Andorre et la France. Mais si ces mesures sont de l'ordre de l'anecdote pour la France, elles sont graves pour l'Andorre qui pourrait à terme manquer des matières premières nécessaires à sa survie. Le Conseil des Vallées se réunit en urgence et décide de trois mesures pour apaiser le climat :
- Il dénonce la concession de Radio-Andorre
- Il ordonne à Radio-Andorre de cesser  ses émissions
- Il retire son passeport andorran à Stanislas Puiggros qui en tant qu'ancien concessionnaire de la radio en Andorre, abritait et défendait les intérêts d'Andorradio.
En résumé, la décision consiste tout simplement à interdire aux deux radios d'émettre.
Après de nombreuses tractations entre Radio-Andorre et les autorités andorranes, la station n'interrompra ses programmes que durant 3 heures le 15 juin. Elle sera finalement soutenue par l'Assemblée Magna du Peuple Andorran qui annulera la décision du Conseil Général des Vallées le 22 juin. Les deux co-princes vont chercher une solution pour apaiser les tensions mais l'opinion publique andorrane reste très hostile à l'installation d'un nouvel émetteur contrôlé par le gouvernement français sur son territoire. On assiste aux premiers prémices d'une rébellion contre le colonialisme français qui sera à son apogée dans les années 80.
Radio-Andorre peut poursuivre ses émissions en toute quiétude mais les travaux d'installation de l'émetteur d'Andorradio reprennent. Quant à la frontière andorrane, elle sera réouverte début 54 par René Coty le successeur de Vincent Auriol à la Présidence de la République française.



Chronologie - 1953

  • 1er juin 1953 :

Le gouvernement français fait fermer la frontière andorrane pour faire pression auprès des autorités de la Principauté.

  • 8 juin 1953 :

Le Conseil Général des Vallées demande à Radio-Andorre de suspendre ses émissions

  • 15 juin 1953.

Radio-Andorre interrompt ses programmes à 20h pour les reprendre à 23h..

  • 22 juin 1953.

L'Assemblée Magna du peuple andorran annule la décision du Conseil Général des Vallées et autorise la station à poursuivre ses émissions par 11 voix contre 10 et 22 abstentions.

Radio- Andorre



livres Radio-Andorre

(1). Le 17 février 1954, la 17ème chambre du Tribunal de la Seine a condamné Louis Noguères à une amende de 30 000 francs et à 50 000 F de dommages et intérêts à MM. Trémoulet et Bannel et 15 000 F à M. Delvigne, qu'il avait diffamés dans son livre.
Le 8 mars 1955, la 11ème Chambre de la Cour de Paris confirmera les 30 000 F d'amende, déboutera Jacques Trémoulet de son action, estimant que les passages incriminés ne portaient atteinte ni à son honneur ni à sa considération. En revanche MM. Bannel et Delvigne obtiendront 50 000 francs de dommages et intérêts chacun.

Publication de deux livres polémiques sur Radio-Andorre.

En cette année 1953, les adversaires de Radio-Andorre souhaitent faire connaître du grand public les griefs qu'ils attribuent à la station andorrane et à son propriétaire. Les tribunaux ayant lavé Jacques Trémoulet de tout soupçon, c'est sous la plume de Louis Noguères, avocat de la partie adverse, que parait un premier ouvrage : "A propos de Radio Andorre - La Radio aux frontières et la mission de l'État". Ce livre accumule un certain nombre d'arguments et de documents à la charge de Radio-Andorre. Cette dernière réagira rapidement. Les personnes mises en causes dans l'ouvrage de Louis Noguères porteront plainte pour diffamation et gagneront leur procès (1). C'est le cas de Jean Delvigne, un des directeurs commerciaux de la régie publicitaire de Radio-Andorre qui travaille auprès de Michel Bannel, beau-frère et avocat de Jacques Trémoulet. Michel Bannel répondra mot pour mot à toutes les allégations de Louis Noguères en publiant la même année un livre en réponse à celui de Noguères : "A propos de Radio Andorre - Réponse à Louis Noguères". Ces deux livres publiés en 1953 seront les deux seuls ouvrages publiés sur Radio-Andorre avant les années 2000. Dommage qu'ils ne soient consacrés qu'à la polémique qui accabla la station depuis la Libération.


livres Radio-Andorre

Pub Sogep


Campagnes de publicité

Radio-Andorre communique en direction de deux cibles, celle des auditeurs et celle des annonceurs. La campagne publicitaire en direction des auditeurs modifie légèrement le slogan "le poste de la Joie" pour lui substituer "le poste de la Gaieté" et présente une danseuse espagnole qui caractérise à la fois la danse, omniprésente à l'antenne et l'Espagne, qui est la caractéristique de cette station bi-culturelle.
La campagne en direction des annonceurs reprend le visuel déjà utilisé en 1948 lors de la première campagne de pub de la station. Cette publicité est destinée à montrer la puissance de la station et sa grande zone de couverture, elle sera utilisée dans la presse professionnelle jusqu'à la fin des années 50 : "Annuaire de la Presse Française et Étrangère", "Échos de la Presse"... Elle est financée directement par la Sogep.
Enfin la station bénéficie toujours des petites annonces publicitaires publiées dans la presse radiophonique et financées par les sociétés qui patronnent les émissions. (voir ci-dessous).

1953 | Les programmes

La programmation de Radio-Andorre n'évolue d'années en années que par petites touches. Les petites émissions sponsorisée (parfois d'une durée de 1 minute) envahissent l'antenne. Les Jeux, les variétés, quelques feuilletons sont généralement achetées à des sociétés de production qui fournissent en même temps Radio-Luxembourg et Radio Monte-Carlo. Les émissions produites en Andorre sont essentiellement des émissions de disques de courte durée et dont le titre est souvent très recherché. En fait, au lieu de passer de manière neutre, comme par le passé, 4 ou 5 disques d'un même genre, Radio-Andorre habille maintenant cette mini-session d'un titre et en fait une émission à part entière, ce qui permet de lui trouver plus facilement un sponsor. Au lieu d'intercaler leur message publicitaire dans le programmes, les annonceurs patronnent une émission et associent leur image aux 5 ou 10 minutes de programme qu'ils "offrent" aux auditeurs. L'imagination ne manque pas pour inventer de nombreux concepts d'émissions. Par exemple, on passe quatre titres de 2 chanteurs et on invente l'émission "Deux vedettes... quatre chansons". Contrairement aux émissions achetées aux Programmes de France, la plupart des émissions produites par la station sont patronnées par des annonceurs locaux, c'est-à-dire essentiellement du Sud et du Sud Ouest de la France. Seul le concert des auditeurs est sponsorisé par les machines à laver "Conord".

Les émissions en espagnol continuent de ponctuer le programme mais ont tendance à se concentrer en fin de matinée et en fin de soirée où l'émission prend simplement le nom de "Aqui Radio-Andorra". Les programmes sont toujours interrompus de 15h à 18h30. Enfin, en cette année 1953, Radio-Andorre ne diffuse toujours pas d'information, mais les cours de la Bourse font leur apparition, ainsi que l'horoscope. Et pour la première fois, la station suit également le Tour de France cycliste. Pas de direct de la course, ni même de caravane sur le Tour, mais modestement Radio-Andorre diffuse chaque soir de 20h50 à 21h les résultats et le résumé de la journée..

Émissions réalisées par Radio-Andorre :

Le "Concert des Auditeurs" reste encore l'émission la plus célèbre et populaire de la station puisque la version française est diffusée à deux reprises dans la journée et il existe aussi une version espagnole. L'émission consiste toujours pour les auditeurs à envoyer le nom de leur disque préféré sur carte postale pour qu'il passe à l'antenne. La station reçoit chaque jour un impressionnant courrier.
Radio-Andorre diffuse aussi de nombreuses émissions sur la musique de danse, "Toute la Danse", "Toute la ville danse", "Tourbillon de la danse", "Bal, petit Bal", "Bal Populaire", "Et maintenant dansons", "Dansez avec Nous", "Quelques tangos", "Surprise Partie dansante" en sont l'illustration.


Les nouvelles émissions achetées à des sociétés de production :

  - "Confidences" : Cette émissions patronnée par le magazine féminin du même nom est diffusée depuis quelques années par Radio-Luxembourg et Radio Monte-Carlo. En cette année 1953, elle fait son apparition sur Radio-Andorre tous les dimanches à 21h30. Une autre radio du groupe Trémoulet, Radio Africa-Maghreb en bénéficie aussi.
- " La course à la vedette" : Chaque jour, sauf le dimanche, depuis juillet 1953 Radio Andorre propose cette émission qui donne leur chance à de jeunes interprètes. Douze chanteurs et douze chanteuses sont sélectionnés pour participer aux épreuves finales. Les auditeurs sont invités à départager les concurrents qui doivent envoyer leurs enregistrements.
- "Les risques tout" : Jeu musical présenté par Marcel Fort, avec l'orchestre Aimé Barelli.
- "On vous l'offre" : Jeu avec Jean-Jacques Vital et Monsieur Champagne.
- "Cent francs par secondes" : avec Jean-Jacques Vital et Monsieur Champagne. Cette émission est une des plus populaires des années 50. Elle a été imaginée par Jacques Antoine et Jean-Paul Blondeau et a même été rachetée par la télévision américaine. Le jeu consiste pour un candidat à répondre oui ou non à des questions par un coup de sifflet ou un coup de trompette. A chaque erreur, un gage et une foule d'événements imprévus destinés à le faire perdre au plus vite... car il gagne 100 francs par seconde mais à la première erreur, il perd tout.
- "Radio Illustrée", cette émission sponsorisée par le Journal de Mickey est diffusée depuis plusieurs années sur Radio-Luxembourg et Radio Monte-Carlo. Elle fait son apparition sur Radio-Andorre au second semestre 1953. Évidemment, elle est destinée aux enfants et elle est donc diffusée le jeudi, jour de congé des élèves.
- "Elle est forte celle-là" : avec Robert Rocca
- "Coupez la Radio" avec Pauline Carton, Jean Tissier, Christian Duveleix et l'orchestre Daniel White.
- "La discothèque des 3 André" avec André Claveau, André Bourillon et André Sallée.
- "Le Club des Chansonniers" : avec Robert Rocca, Maurice Horgues et Pierre-Jean Vaillard.
- "Ma cuisinière et sa bonne" avec Jeanne Sourza et Pauline Carton
- "Les Pieds Nikelés" avec Jean Richard, Roger Pierre et Jean-Marc Thibaud
- "Paroles et Musique" : Interview réalisé par André Sallée
- "Emportez-le avec vous" : Jeu de Zappy Max qui consiste tout simplement à deviner le cadeaux qu'on emporte lorsqu'on le découvre.
- "Les Increvables" avec Henri Spade et Annie Cordy.
- "Votre petite folie" : présntée par Lyne Renaud.
- "La Gazette d'Annie", avec Annie Cordy
- "Disc Parade" avec Robert Lamoureux et André Claveau
et toujours, le "Quitte ou Double" de Zappy Max le "Martini Club", "Le Pêle-Mêle" et "La Reine d'un Jour"

Pub 1954 Radio-Andorre


Jeudi 31 décembre 1953 | Grille de programmes

◼︎ 12h00 : Rythmes ◼︎ 12h05 : Radio Illustré* ◼︎ 12h30 : Je voudrai savoir* ◼︎ 12h35 : Piédalu* ◼︎ 12h37 : Danse ◼︎ 12h48 : Cours de l'Or ◼︎ 12h49 : Rythmes variés ◼︎ 13h00 : Surprise partie dansante ◼︎ 13h23 : L'année en chansons : Printemps d'Alsace (Ledrich) - Je ne sais pas (Amador) - Protège moi (Ch. Gentès)   ◼︎ 13h32 : Géographie sonore ◼︎ 13h43 : Symphonie pour tous ◼︎ 14h05 : Concert espagnol  ◼︎ 15h00 : Arrêt des émissions du matin

◼︎ 18h30 : Rythmes et chansons ◼︎ 18h55 : Nouveautés : L'air de San Pedro (Patrice et Mario) - La Butte Montmartre, c'est mon cœur (G. Allain) - Sur le Pavé de Paris (L. Delyle) - Ce beau dimanche là (L.Margy) ◼︎ 19h15 : Buffalo Bill* ◼︎ 19h30 : Intermède musical ◼︎ 19h35 : Joyeux Anniversaire ◼︎ 19h40 : Quand une chanson
◼︎ 19h45 : Recette de Philomène*
◼︎ 19h46 : Et tout ceci est vrai
◼ 19h48 : Opérette Digest
◼︎ 19h53 : La fête à souhaiter
◼︎ 19h58 : Souvenirs et curiosités
◼︎ 20h00 : Vingt questions, avec Bourvil, Robert Rocca et Raymond Souplex *
◼︎ 20h15 : Vu et entendu cette semaine avec Pauline Carton, Jean Rigaud et Patrick Saint-Maurice*
◼︎ 20h30 : Le saviez-vous ?*
◼︎ 20h31 : Le Quitte ou Double avec Zappy Max*
◼︎ 20h55 : André Claveau*
◼︎ 21h00 : Le Trésor de la fée*

◼︎ 21h15 : Le casseur de disques ◼︎ 21h30 : Au menu de demain ◼︎ 21h36 : Music-hall : Trois petites pommes (Annie Cordy) - Violons des tziganes (P.Malar) - Tangos chinois (Y. Ganni) - Berceuse de Noël (Line renaud) - Petite étoile de Noël (P. Rollin) ◼︎ 22h00 : Aqui Radio-Andorra : Émission en espagnol ◼︎ 23h30 : Musique à votre goût ◼︎ 24h00 : Les Vœux de Radio-Andorre : Agu ◼︎ 01h00 : Fin des émissions


* Émissions produites à l'extérieur
Henri Marais et Lydia Merino
Henri Marais et Carmen del Monte dans le grand studio



1953 | Documents


Documents internes.


fr
cat
11 juin 1953
Ordre du Conseil Général à Jacques Trémoulet de cesser les émissions de Radio-Andorre.


Archives sonores


fr
 
1953
- Extrait de l'émission "Histoire d'Amour"
source : Eric Tiffon et Robert Delbos

fr
 
1953
- Extrait de l'émission "Chanson du Souvenir"
source : Eric Tiffon et Robert Delbos



1953 | Informations techniques

Identification

Logo :

Radio-Andorre

Indicatif :
"Ici Radio Andorre - Aqui Radio-Andorra"

Slogan :

"Le Poste de la Joie"

Fréquences

Ondes moyennes :
364,4 m- 824 kc
60 kw

Ondes courtes :
50,16 m - 5980 kcs
25 kw

Émetteur :
SFR
Puissance : 60 kw

Adresses

Studio :

Roc des Anelletes
Andorre-la-Vieille
Principauté d'Andorre

Émetteur :
Encamp
Principauté d'Andorre

Régie publicitaire

Pour la France : 

SGP
Société de Gérance et de Publicité. (SOGEP)
28 boulevard Haussmann
Paris 9ème
Pour l'Espagne :
Radinform
Radinform
Plaza de Cataluña 9 - Barcelona



1953 | Sources.


Sources bibliographiques :

  • FRANK TÉNOT - Radios Privées Radios Pirates - Ed Denoël 1977
  • RENÉ DUVAL - Histoire de la Radio en France - Ed Alain Moreau 1980
  • CHRISTIAN BROCHAND - Histoire Générale de la Radio et de la Télévision en France Tome 2 1944-1974 - CHR La Documentation Française - 1994
  • EUGENIO GIRAL QUINTANA - La radiodifusión en Andorra. Política, economía y espacio comunicacional en un país dependiente - Université de Barcelone - 1988
  • NOGUERES (DE) LOUIS - La radio aux frontières et la Misssion de l'Etat, Cavannes, Paris 1953
  • BANNEL MICHEL - A propos de Radio-Andorre, Réponse à Louis Noguères - Paris février 1953
  • Cahiers d'histoire de la Radiodiffusion (Cohira) - n° 69 Juillet Septembre 2001.
  • Journal LE MONDE :  5 juin 1953, 11 juin 1953, 13 juin 1953, 17 juin 1953, 25 juin 1953, 9 mars 1955.

Crédits photographiques

  • Publicités parues dans l'Annuaire de la Presse, La Semaine Radiophonique et Radio 53 :  - Collections privées Jean-Marc Printz et Michel Lacoste
  • Photo Marais-del Monte : DR. Envoyée aimablement par Raymond Rui, de l'Alliance Andorrano-Française.

Témoignages

  • JEAN-LOUIS MARQUET. Échanges épistolaires avec Jean-Marc Printz, depuis décembre 2008.
  • WILLIAM DANJON : Échanges épistolaires de 2007 à 2014

Archives sonores 1 et 2

  • Remerciements à Eric Tiffon et Robert Delbos. Archive tirée d'un 78 tours.

   




Annonce

Moteur de recherche


Recherches internes






Annonce

Avertissement

Tous les documents sonores, images, photos sont la propriété de leurs auteurs et leur reproduction est interdite sans autorisation de notre part.

A propos