1938


1938 | Les événements.


Le revirement français.

Le début de l'année 1938 est marqué par un certain nombre de maladresses du gouvernement français qui n'a pas pris la mesure de l'évolution des mentalités en Andorre. En menaçant puis en intervenant à travers le détachement de gendarmes présent dans la Principauté pour arrêter les travaux de l'émetteur, le gouvernement français se conduit comme si l'Andorre était une colonie. Ces maladresses n'ont pour seule conséquence que d'unir les andorrans derrière le projet de Radio-Andorre devenu le symbole involontaire de leur lutte contre l'impérialisme français. Mais l'évolution de la situation internationale et la menace hitlérienne ont aussi pour conséquence de faire évoluer la position française. Sous l'influence du ministre des affaires étrangères en place depuis le 10 avril 38, Georges Bonnet, le gouvernement prend conscience de la nécessité de la mise en service d'un puissant émetteur au service de la culture française audible en Espagne et en Afrique du Nord. En cette période troublée, le ministre des Affaires Étrangères bénéficie d'une influence supérieure à celle du ministre des PTT, hostile au projet. S'il n'y a donc plus d'obstacle à sa construction et à sa puissance, le poste devra néanmoins répondre à un cahier des charges garantissant sa loyauté envers la France et l'impossibilité de se mettre au service de puissances étrangères hostiles.

Emetteur en 1938
L'émetteur en 1938. la tour à poivrière n'est pas encore achevée.
On distingue au premier plan le bassin de refroidissement.

Chronologie - 1938

  • 1er janvier 1938 :

Le commandant du détachement de gardes mobiles français présents en Andorre, le Colonel de gendarmerie Baulard, menace par lettre le syndic général et lui ordonne de faire cesser les travaux. Cette maladresse aura pour conséquence de renforcer définitivement la détermination des andorrans qui feront bloc derrière Jacques Trémoulet et Stanislas Puiggros.

  • 8 août 1938 :

Le Colonel Baulard persiste et ordonne à Stanislas Puiggros d'arrêter les travaux. Cette lettre engendrera la colère du délégué de la Mître qui se plaindra auprès des autorités françaises pour usurpation de pouvoir.

  • 2 octobre 1938 :

Les gardes mobiles français envahissent le chantier. Les réactions d'indignation sont telles en Andorre que la France est obligée de faire machine arrière et de se rendre à l'évidence : Elle n'empêchera plus la création de Radio Andorre.

  • 15 novembre 1938 :
Le gouvernement français, par la voix de Georges Bonnet, ministre des affaires étrangères, donne enfin son approbation à la construction du poste. Il fixe la puissance maximum à 60 kw pour les OM et 1 kw pour les OC.
  • 24 novembre 1938 :

Le délégué de la Mître prend acte de la décision française et confirme son accord pour le démarrage de la station.


Radio Andorre installe le téléphone en Andorre.

A cette époque la Principauté d'Andorre ne possédait encore aucune ligne téléphonique. Jacques Trémoulet s'engagea auprès du Conseil Général à installer le téléphone en Andorre si son projet aboutit. Les travaux commenceront en même temps que ceux de l'émetteur et les premiers abonnés, dont Radio-Andorre, pourront être reliés au reste du monde à partir de 1939. La première ligne partait de la frontière française, longeait la route pour traverser Encamp, Andorre-la-Ville et ressortait par la frontière espagnole. Une deuxième ligne reliait Andorre-la-Vieille à Ordino. La maintenance technique sera assurée par Radio-Andorre jusqu'en 1967, date de mise en service du nouveau central téléphonique par le Conseil Général. L'équipe d'entretien était composée de trois personnes que Radio-Andorre payait directement.

Le bâtiment émetteur de Radio-Andorre à Encamp.

Le bâtiment qui abrite l'émetteur et les installations techniques est construit de toute pièce à la sortie du village d'Encamp au bord de la route qui relie Andorre-la-Vieille à la France. Ce bâtiment de granit, de style néo-roman, sera le symbole de la station. Sa photo sera utilisée dans toutes les publicités de Radio-Andorre jusque dans les années 80.
Les travaux de l'émetteur d'Encamp se sont étalés entre 1937 et 1939. Avec une première équipe de 8 personnes, le chantier réunira jusqu'à 150 personnes au moment le plus fort. Manœuvres, maçons, forgerons, menuisiers viendront d'Andorre et de toutes les régions environnantes comme, par exemple, Toulouse d'où vient l'équipe de plâtriers. L'émetteur proprement dit a été installé sous la direction de Lucien Killmayer, ancien technicien de Radio-Toulouse. Le premier chef de poste sera Monsieur Laval qui décédera quelques années plus tard, électrocuté dans la grande salle de l'émetteur. Mais aucun accident n'est à signaler durant toute la période de construction de l'émetteur. La toute première équipe d'Encamp sera donc composée de M. Laval, chef de Poste, M. Lucien Killmayer, Ingénieur, M Josep Mas Palmitjavila, responsable des travaux, M. Victorià Segalàs i fité, M. Daniel Martinet, techniciens. Ils furent ensuite rejoints par M. Paul Cousse.

Outre la grande salle des machines, qui sera équipée d'un émetteur de marque SFR (production française), le bâtiment abrite également les bureaux administratifs de la station et un petit studio. Il s'avérera rapidement que ce choix d'abriter le studio et l'émetteur dans le même bâtiment à Encamp posera quelques problèmes.


Les antennes de Radio-Andorre

Les antennes de Radio-Andorre.

Les antennes émettrices sont montées sur 2 pylônes de 125 m de hauteur au bord du lac d'Engolasters sur le Pic d'Encamp.
Ces pylônes soutiennent l’antenne constituée d’une partie horizontale, isolée à ses extrémités et alimentée en son centre par câble vertical.
A sa base, ce câble est relié dans la cabine d’antenne à un feeder de 850 m de long, au moyen des éléments d’adaptation. Le feeder relie donc l'antenne à l'émetteur qui se trouve 440 m plus bas.
La station est à 1300 mètres d’altitude, l’antenne sur la rive droite du lac est à 1610 mètres d’altitude.
Il s'agissait, à cette époque, de l'émetteur le plus haut du monde.



1938 | Équipe


Première équipe de techniciens

La première équipe de techniciens de la station en 1939 :
M.Josep Mas Palmitjavila, responsable des travaux, M. Laval, Chef de Poste et M. Victorià Segalàs i fité, technicien.

Organigramme 1938

  • Concessionnaire :

Stanislas Puiggros.

  • Propriétaires :

Jacques Trémoulet
Léon Kierzkowsky.

  • Directeur :

Stanislas Puiggros

  • Ingénieurs en Chef :
Lucien Killmayer.
  • Chef de Poste :

M. Laval

  • Responsable des travaux :

Josep Mas Palmitjavila

  • Technicien :

Victorià Segalàs i Fité


Biographies


1938 | Documents.

Articles de presse.


fr
24 janvier 1938
Article du Populaire

fr
25 juillet 1938
Article du Populaire

fr
9 décembre 1938
Article du Populaire



1938 | Sources.


Sources bibliographiques

  • FRANK TÉNOT - Radios Privées Radios Pirates - Ed Denoël 1977
  • RENÉ DUVAL - Histoire de la Radio en France - Ed Alain Moreau 1980
  • CHRISTIAN BROCHAND - Histoire Générale de la Radio et de la Télévision en France Tome 1 1921-1944 - CHR La Documentation Française - 1994
  • EUGENIO GIRAL QUINTANA - La radiodifusión en Andorra. Política, economía y espacio comunicacional en un país dependiente - Université de Barcelone - 1988
  • JEAN-PIERRE CÉLÉRIER - La Radio à Toulouse (1925 - 1945) La puissance du Groupe Trémoulet. Université de Toulouse II Le Mirail 2002

Archives de la presse

  • Le Populaire

Crédits photographiques

  1. Photo DR . Collection privée de Miquel Sànchez Baños.

  2. Photo Ed. Valenti Claverol. Collection privée de Jean-Marc Printz

  3. Photo DR.Collection privée Josep Mas Pons

Témoignages

  1. Josep MAS PONS : Échanges épistolaires avec Jean-Marc Printz depuis 2008 : informations sur les premières équipes et sur les travaux de l'émetteur.
  2. Jean-Louis Marquet : informations sur l'installation téléphonique de l'Andorre, sur l'architecte et sur les équipements techniques de la station.

   



Vous aimez cette page ?





Annonce

Moteur de recherche


Recherches internes






Annonce

Avertissement

Tous les documents sonores, images, photos sont la propriété de leurs auteurs et leur reproduction est interdite sans autorisation de notre part.

A propos