1943


1943 | Les événements.

Radio-Andorre améliore ses installations.

Jacques Trémoulet a des doutes sur la viabilité à long terme de ses stations en France qui risquent d'être incorporées du jour au lendemain dans le réseau allemand. Durant les années 43 et 44, il transfert du matériel de ses stations de Toulouse, Agen et Montpellier vers l'Andorre. Ainsi, Radio-Andorre bénéficie d'une amélioration des ses installations techniques à moindre frais.

Des recettes en forte progression.

Pour l'année 1943, les recettes publicitaires de Radio-Andorre se montent à 8 251 701, 75 F, ce qui lui permet de dégager un confortable bénéfice, d'autant qu'elle n'est pas soumise aux charges et impôts qui pèsent sur les stations françaises.

Chronologie - 1943

  • janvier 1943 :

Radio-Andorre reprend ses émissions nocturnes

  • janvier 1943 :

En riposte, les autorités allemandes brouillent la station.

  • 4 avril 1943 :

Ramon Iglesias i Navarri, nouvel Evêque d'Urgell est également nouveau coprince d'Andorre. Il succède à Ricardo Formesa qui assurait l'intérim depuis le décès de Justi Guitart en 1940



Premier brouillage de Radio-Andorre

Début 1943, Radio-Andorre reprend ses émissions nocturnes. Depuis fin 1940, elle avait l'ordre de cesser ses émissions à 21h15 pour ne pas servir de repère aux avions alliés. En fait, cette décision avait surtout pour but de l'empêcher de récolter des recettes publicitaires aux seules heures où la zone de diffusion des ondes moyennes couvrait le plus grand territoire géographique.
En réaction à cette décision de Radio-Andorre, les autorités allemandes décident de brouiller les émissions de la station en mettant en service un de leurs émetteurs sur la même longueur d'ondes. Radio-Andorre connaît ainsi son premier brouillage... ce ne sera pas le dernier.
Les programmes de la station qui étaient publiés encore la première semaine de janvier 1943 par l'hebdomadaire Radio National, cesseront définitivement de l'être à partir de la deuxième semaine de janvier.


Tarif Radio-Andorre

Audience et tarif publicitaire.

A cette époque, la télévision était encore expérimentale et les foyers français n'en étaient pas équipés. Le média préféré des français était la radio, mais son écoute était très différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Le transistor n'étant pas encore inventé, les postes récepteurs de radio étaient de dimensions imposantes et il fallait les brancher sur le courant pour qu'ils fonctionnent. Donc ce manque de mobilité faisait que l'écoute de la radio n'était pas individuelle mais familiale autour du poste qui trônait dans le salon à la place qu'occupera, plus tard, le récepteur de télévision. Contrairement à aujourd'hui où les pics d'audience de la radio se font le matin,  à cette époque, l'audience maximum se faisait le soir entre 20h et 22h, ce qui correspond au "prime time" de la télévision d'aujourd'hui. Les stations privées diffusaient à cette heure de grande écoute leurs émissions de prestige, les feuilletons radiophoniques ou les grandes émissions de variété. Les tarifs des messages publicitaires étaient donc de deux à trois fois supérieurs sur ces tranches horaires de la soirée.
La régie publicitaire des stations du Groupe Trémoulet "Radio-Informations", basée désormais à Toulouse, profitant de la reprise des émissions nocturnes de Radio-Andorre sur les Ondes Moyennes, publia en 1943 son tarif publicitaire.
On peut noter sur ce tarif que les tranches musicales de 1/4 d'heure n'étaient pas coupées par des messages publicitaires mais "sponsorisées" par deux messages publicitaires, du même annonceur, qui encadraient l'émission, l'un au début, l'autre à la fin.
On notera aussi que le logo en lettres gothiques qui caractérisera la station jusqu'à la fin des années 60 était déjà utilisé. Enfin, si l'adresse de Radio-Informations à Toulouse est indiquée, l'adresse de localisation de la radio est " Roch dels Escolls" et non celle du Roc des Anelletes. Cette adresse était celle du domicile de Stanislas Puiggros encore chargé de la collecte publicitaire pour l'Andorre,  l'Espagne et le Portugal.

A Qui Radio Andorre, spectacle promotionnel en tournée en France.

Pour asseoir sa notoriété dans le Nord de la France et à Paris, Radio-Andorre va organiser un spectacle itinérant qui se produira dans des théâtres et des salles de spectacle et intitulé "A Qui Radio-Andorre". Ce spectacle réunit une trentaine d'artistes dans une grande féerie franco-espagnole de 3 heures avec un grand orchestre. Ce spectacle de variété du "Meilleur Poste du Monde", selon l'expression utilisée dans les articles promotionnels, va se produire de Roubaix à Lyon en passant par Paris de fin 1943 à début 1944.



1943 | Les Programmes.

Les Mémoires du Verre galant

Cette émission hebdomadaire sponsorisée par le Cognac Camus, produite et présentée par Louis Merlin, qui fera les beaux jours de Radio-Luxembourg après guerre et qui sera l'inventeur d'Europe 1, est diffusée sur les antennes de Radio-Toulouse, de Radio-Lyon et de Radio-Andorre jusqu'au mois de mai 1944. Elle réunit de nombreuses vedettes autour de la troupe des Camusards. Tous les jeudis à 20h40.


Station 100 % musicale.

La station reste 100 % musicale. Tous les genres de musique ont droit de citer sur l'antenne de Radio-Andorre, y compris le jazz, style musical peu ou pas programmé par les stations françaises contrôlées par les Allemands en raison de son caractère trop américain et surtout de son origine "nègre". Néanmoins le genre musical qui fait le succès de la station reste l'accordéon et le musette, la musique des jeunes de l'époque.


mardi 3 janvier 1943 | Grille de programmes

◼︎ 19h25 : Accordéon ◼︎ 19h35 : Rythmes modernes ◼︎ 19h45 : Le Concert de l'Auditeur ◼︎ 20h05 : Fantaisie d'opérettes ◼︎ 20h15 : Musique moderne ◼︎ 20h30 : Variétés ◼︎ 20h45 : Le Concert de l'Auditeur ◼︎ 21h15 : Musique légère ◼︎ 21h30 : Chansons de revues ◼︎ 21h45 : Musique variée ◼︎ 22h00 : Musique de danse





1943 | Informations techniques

Identification


Logo :

Radio-Andorre

Indicatif officiel :

"Ici Radio Andorre - Aqui Radio-Andorra"

Fréquences


Ondes moyennes :
415,5 m - 722 Kcs

Ondes courtes :
50,20 m - 5980 Kcs
48,38 m - 6200 Kcs

Émetteur :
SFR
Puissance : 60 kw

Adresses


Studio :

Roc des Anelletes
Andorre-la-Vieille
Principauté d'Andorre

Émetteur :
Encamp
Principauté d'Andorre

Régie publicitaire


Pour la France : 

Pour la France :

Radio-informations

Radio-Informations
17bis Allées Lafayette
Toulouse

Pour l'Espagne :
Radio Informaciones,
Plaza de Cataluña 9 Barcelona



1943 | Document.

Les actualités cinématographiques espagnoles NO-DO (Noticiaro y Documentales cinematograficos) diffusaient parfois des reportages touristiques sur l'Andorre. Ce rare reportage de 1943 est le premier film tourné sur Radio-Andorre. On y découvre le bâtiment émetteur d'Encamp, son feeder qui le relie aux antennes du lac d'Engolasters et la salle des machines.


1943 | Sources.


Sources bibliographiques

  • FRANK TÉNOT - Radios Privées Radios Pirates - Ed Denoël 1977
  • RENÉ DUVAL - Histoire de la Radio en France - Ed Alain Moreau 1980
  • CHRISTIAN BROCHAND - Histoire Générale de la Radio et de la Télévision en France Tome 2 1944-1974 - CHR La Documentation Française - 1994
  • EUGENIO GIRAL QUINTANA - La radiodifusión en Andorra. Política, economía y espacio comunicacional en un país dependiente - Université de Barcelone - 1988
  • JEAN-PIERRE CÉLÉRIER - La Radio à Toulouse (1925 - 1945) La puissance du Groupe Trémoulet. Université de Toulouse II Le Mirail 2002
  • NOGUERES (DE) LOUIS - La radio aux frontières et la Misssion de l'Etat, Cavannes, Paris 1953
  • BANNEL MICHEL - A propos de Radio-Andorre, Réponse à Louis Noguères - Paris février 1953

Crédits photographiques

  1. Tarif publicitaire de Radio-Andorre 1943. Collection privée de Jean-Marc Printz.

  2. Video No-Do. Victor Iglesias Pascau - RNE - No-Do.




Annonce

Moteur de recherche


Recherches internes






Annonce

Avertissement

Tous les documents sonores, images, photos sont la propriété de leurs auteurs et leur reproduction est interdite sans autorisation de notre part.

A propos