1948


1948 | Les événements.

Radio-Andorre doit se taire par n'importe quel moyen.

En cette année 1948, le gouvernement français est déterminé à faire taire définitivement Radio-Andorre. Tous les moyens sont utilisés pour arriver à cet objectif, après la tentative d'étouffer financièrement la station en faisant fermer sa régie publicitaire.
Le co-prince français commence à retirer à la station son autorisation d'émettre qui lui avait donné en novembre 1938. Il considère qu'elle ne sera pas renouvelée à son échéance de novembre 1948. Mais cette décision reste sans effet en raison du refus de changer quoique ce soit par le co-prince espagnol.
Deuxième mesure, on décide de brouiller les programmes de Radio-Andorre. Un émetteur de brouillage est mis en place par la RDF à Bordeaux Néac. Le brouillage empêchera l'audition de la station sur la périphérie de sa zone d'écoute, mais ne sera pas toujours d'une grande efficacité. La station ne modifie en rien ses programmes.
Troisième mesure : Les douanes françaises à la frontière andorrane reçoivent la consigne de saisir les disques des émissions sponsorisées envoyées depuis Paris en Andorre. Cette mesure aura comme conséquence d'entamer la confiance des annonceurs et sponsors de ces émissions dont la diffusion n'est plus assurée avec fiabilité. Radio-Andorre est contrainte de faire transiter ses disques via Genève puis l'Espagne pour qu'ils arrivent en Andorre.
Des pressions diverses sont également menées par le Viguier français auprès de certains Conseillers du Conseil Général pour qu'ils nationalisent Radio-Andorre.
Les actions en justice se poursuivent à l'encontre de Jacques Trémoulet, mais là aussi, le procès commence à tourner en sa faveur puisqu'un supplément d'information est demandé.
Enfin, une tentative d'enlèvement du Directeur de la station, Étienne Laffont est organisée par les forces françaises en Andorre. Un capitaine, un lieutenant et un adjudant de la gendarmerie française se présentent à la station à bord d'une traction avant et tentent d'emmener Étienne Laffont. Mais ce dernier, qui avait déjà connu cette aventure avec la Gestapo durant la guerre, a réussi à déjouer ce plan. Le Viguier de France en Andorre devra transmettre les excuses de son gouvernement au co-prince épiscopal pour cet incident diplomatique.

Publicité radio Andorre 1948
Première grande campagne de publicité institutionnelle en France.
Parution dans la revue Science et Vie.

Chronologie - 1948

  • 10 avril 1948 :

 Le co-prince français retire à Radio Andorre son autorisation d'émettre.

  • 22 avril 1948 :
Le Secrétaire d'État à l'Information ordonne à la RTF de brouiller les émissions de Radio Andorre, suite à une lettre émanant du ministère des affaires étrangères, signée de M. Bousquet, par ailleurs Administrateur de la SOFIRAD.
  • 27 avril 1948 :

Le Viguier de France en Andorre avise officiellement Mme Dolorès Vila y Puiggros que le Président de la République retire l'autorisation d'émettre précaire et révocable de 1938.

  • 2 mai 1948 :

Début du brouillage de Radio Andorre. C'est l'émetteur de la RDF de Bordeaux-Néac (20 kW) qui est chargé de brouiller l'onde moyenne (426 mètres) de Radio Andorre. L'onde Courte est brouillée également mais apparemment depuis un émetteur situé au centre de la France.

  • 13 mai 1948 :
  • La Cour de Justice de Toulouse ordonne un supplément d'information concernant l'affaire Trémoulet.
    • 9 juin 1948 :

     Le Syndicat Autonome de la radiodiffusion Française marque sa désapprobation face à ce brouillage qu'il juge indigne de la République et de la démocratie.

    • 5 juillet 1948 :

    Le gouvernement français décide de fermer la frontière aux disques, aux programmes et au matériel radiophonique destiné à Radio Andorre. Le personnel de la station n'a également plus le droit de passer la frontière.

    • 7 septembre 1948 :

    Les Parlementaires français s'élèvent contre le brouillage de Radio Andorre.

    • 30 septembre 1948 :

     Le brouillage s'interrompt.

    • 26 novembre 1948 :

    Le brouillage reprend.

    • 21 décembre 1948 :

    Radio-Andorre assigne M.  Wladimir Porché, Directeur Général de la RDF,  pour brouillage illégal devant la 17ème Chambre Correctionnelle. Elle réclame 20 millions de dommages et intérêts à la RDF.




    Publicité Radio-Andorre 1948

    Campagne de publicité parue dans la presse espagnole en 1948. La campagne insiste essentiellement sur le patrimoine technique de la station avec des photos de l'émetteur, du bâtiment du Roc des Anelletes. On voit également le technicien Paul Cousse aux manettes de l'émetteur SFR.



    1948 | Les Programmes.


    Pub Radio Andorre 1948

    pub

    Les émissions achetées à des sociétés de production.


    Devant le succès rencontré par les émissions achetées aux sociétés de production de Radio Luxembourg, Radio Andorre décide de multiplier ce genre d'émissions.
    Début 48, elle diffuse :
    - "Y'a d'la gaieté dans ma maison" présenté par Georges Gosset.
    - "Le Crochet Radiophonique" avec Saint Granier. Cette émission est née en 1936 sur les ondes de Radio Cité. Elle a été inventée par Marcel Bleustein. Il s'agit tout simplement d'un concours de chanteurs amateurs. Le nom de l'émission vient du crochet qui emporte les candidats lorsque le public a décidé d'écourter leur prestation. Dans les années 40, c'est Louis Merlin qui relance l'émission sur Radio Luxembourg et sur RMC et Radio-Andorre où elle est rediffusée en différé. Saint Granier sera vite remplacé par le chanteur de l'orchestre Jacques Hélian, un certain Max Doucet qui connaîtra la célébrité sous le nom de Zappy Max.
    - "La Chanson de mes auditrices" par le chanteur de charme André Claveau
    - "Le Pêle-Mêle" de Jean-Jacques Vital
    - "Ça ne vous rappelle rien ?" animé par Robert Beauvais avec l'orchestre de Paul Durand
    - "Qui est la vedette ?" par René Marc
    - "Où chantons-nous ce soir ?"
    - " Musique sans paroles" avec Claude Normand au clavioline
    - " Tiré par les cheveux" de Robert BeauvaisA partir de la rentrée 48, d'autres émissions de Radio Luxembourg complètent la grille de programme :
    - "Hier contre Aujourd'hui",
    - "Le tire-bouchon", avec Roméo Carlès
    - "Le Grand Prix du Disque de la Radio", de Pierre Hiegel : Cette émission consacrée à la musique classique propose les meilleurs enregistrements avant le Grand Prix du Disque officiel de l'année.
    - "Le Grand Prix des Quatre Saisons", de Jean Nohain
    - "Le Magazine de Jean Nohain"
    - "Les Incollables", avec Henri Kubnick : Cette émission déjà présentée avant-guerre sur le Poste Parisien par le même Henri Kubnick, alors lycéen, est l'ancêtre de l'émission "Les Grosses Têtes". Il s'agit d'envoyer des questions à une petite assemblée de comédiens, humoristes et chansonniers. Robert Beauvais, Gilbert Cesbron, Claude Dauphin (le Président) sont les invités réguliers de l'émission.
    La seule difficulté de la station est de pouvoir acheminer les bandes de ces émissions en Andorre, ce qui n'est pas facile notamment lorsque l'accès de l'Andorre est impossible en raison de la neige ou... du "zèle" des douaniers français. Concernant les routes coupées par la neige, ce sont des skieurs qui transportent le courrier en Andorre. Concernant le zèle des douaniers, c'est le bon vouloir des autorités françaises et du degré de tension avec Radio-Andorre qui déterminent le blocage ou non du courrier.


    Les autres émissions de Radio-Andorre.

    L'immuable "Concert des auditeurs" qui a succédé à la "1/2 heure des auditeurs" continue à agrémenter le programme des soirées de la station en créant ainsi un lien avec ses auditeurs qui lui envoient toujours sur carte postale les disques qu'ils veulent entendre. Pour le reste, pas de changement, toujours de la musique, rien que de la musique. De toute façon la station n'a pas les moyens d'élaborer des émissions à l'image de celles qu'elle achète aux sociétés de production. Le problème est moins financier que technique : L' Andorre n'est pas aussi fréquentée par les artistes que Paris ou même les grandes villes françaises et il est très difficile de réunir deux chanteurs autour d'un micro dans la principauté. Aussi Radio-Andorre consacre-t-elle beaucoup d'argent à l'entretien de sa discothèque qui est une des plus importante d'Europe.


    mercredi 19 mai 1948 | Grille de programmes

    ◼︎ 12h30 : Paso-dobles ◼︎ 12h40 : Chansons françaises ◼︎ 13h10 : Les Bohémiens viennois  ◼︎ 13h20 :Sardanes ◼︎ 13h30 : Chansons par Franck Sinatra ◼︎ 13h50 : Bal Musette ◼︎ 14h05 : Concert des auditeurs ◼︎ 14h20 : Musiques de films ◼︎ 13h30 : Jazz ◼︎ 14h45 : Marches  ◼︎ 15h00 : Arrêt des émissions du matin

    ◼︎ 19h00 : Jazz
    ◼︎ 19h25 : Le disque des auditeurs
    ◼︎ 19h30 : Y'a d'la gaieté dans la Maison - avec Georges Gosset*
    ◼︎ 19h45 : La chanson de mes auditrice - avec André Claveau*
    ◼︎ 20h00 : La chanson du jour
    ◼︎ 20h05 : Qui est la vedette ? par René Marc*
    ◼︎ 20h25 : Music-Hall ◼︎ 20h27 : L'Ange du Foyer ◼︎ 21h05 : Chansons françaises nouvelles ◼︎ 22h00 : Les Nouveautés du Jazz ◼︎ 22h25 : Concert des auditeurs ◼︎ 23h10 : Musique d'opérettes ◼︎ 23h20 : Soli d'orgue de cinéma  ◼︎ 23h30 : Refrains par Johnny Mercier ◼︎ 23h40 : Musique d'opérettes espagnoles ◼︎ 23h50 : Bal Musette ◼︎ 24h00 : Musiques de films ◼︎ 00h10 : Musiques variées  ◼︎ 00h50 : Fin des émissions

    * ◼︎ Émissions produites par des sociétés extérieures

    jeudi 23 décembre 1948 | Grille de programmes

    ◼︎ 12h30 : Valses ◼︎ 12h40 : Chansons françaises  ◼︎ 13h00 : Musiques bohémiennes ◼︎ 13h10 : Jazz  ◼︎ 13h20 : Chansons pour les enfants ◼︎ 13h30 : Orchestre musette ◼︎ 13h50 : Tangos ◼︎ 14h00 : Concert des auditeurs ◼︎ 14h20 : Musique d'opéra ◼︎ 14h30 : Danses ◼︎ 14h40 : Chants de films ◼︎ 14h50 : Marches
    ◼︎ 15h00 : Arrêt des émissions du matin

    ◼︎ 19h00 : Nouveautés ◼︎ 19h20 : Musiques de films ◼︎ 19h30 : Orchestre Bachicha ◼︎ 19h40 : Sardanes ◼︎ 20h00 : Jazz
    ◼︎ 20h15 : Le Tire Bouchon - Variétés avec Roméo Carlès, Yves Deniaud...
    ◼︎ 21h00 :Pêle-Mêle : par Jean-Jacques Vital, avec Bourvil, Monsieur Champagne, J. Delettre et l'orchestre de Jacques Hélian.
    ◼︎ 21h40  : Orchestre Musette : Émile Prud'homme  ◼︎ 22h00 : Jazz ◼︎ 20h25 : Concert des auditeurs ◼︎ 23h00 : Émission variée ◼︎ 23h45 : Danses ◼︎ 24h00 : Opérette espagnole de Franz Léhar ◼︎ 00h10 : Disques variés
    ◼︎ 01h00 : Fin des émissions

    * ◼︎ Émissions produites par des sociétés extérieures
    Publicité Radio-Andorre - 1948



    1948 | Équipe

    De nombreux nouveaux venus en cette année 1948

    Equipe Radio-Andorre 1948
    La nouvelle équipe de speakers de Radio-Andorre : de gauche à droite : Assis : M. Levrat, Montserrat Rodriguez.
    Debout : Teresa Solano-Castillo et Guy Picart.
    Durant la guerre, le studio de Radio-Andorre a vu passer de nombreux speakers, speakerines, opérateurs du son, techniciens, restés dans l'anonymat le plus complet, à part Victoria Zorzano qui fut l'objet de nombreux articles de presse, sous son nom mais aussi sous divers noms. Victoria Zorzano a quitté la station et aussi son métier, comme d'autres speakers de la station. Le directeur de la station, Etienne Laffont, après de multiples tracas liés à la période de la Libération, a laissé la place à un nouveau directeur depuis 1946, Maurice Perrot, proche, lui aussi, de Jacques Trémoulet. Stanislas Puiggros, le concessionnaire officiel de Radio-Andorre, est toujours présent à la station et en concurrence avec l'autorité du Directeur. Les ordres donnés aux personnels de la radio sont parfois contradictoires, mais Stanislas Puiggros tient à continuer à avoir son mot à dire sur les embauches. C'est ainsi qu'il va embaucher en 1948 un nouveau speaker, Guy Picart.


    Guy Picart est à peine âgé de 17 ans quand il est embauché à Radio-Andorre. Il possède une qualité indéniable, c'est qu'il parle couramment le Français, l'Espagnol et le Catalan. Les deux premières langues lui permettront de s'adresser au micro de Radio-Andorre et le Catalan est toujours utile en Andorre où la majorité de la population continue à le pratiquer. Un second speaker, de langue française, assure aussi la présentation des émissions : M. Levrat.
    Du côté des speakers espagnols, les émissions sont présentées par Gerardo Esteban.
    La parité étant respectée à la station bien avant que cela rentre dans les mœurs, trois speakerines sont également présentes à l'antenne : Montserrat Rodriguez, Teresa Solano-Castillo et Maria Dolores Orobitg, toutes trois de langue espagnole et anciennes employée de la centrale téléphonique de Seu d'Urgell. Être opératrice de téléphone prédisposait à avoir une voix radiophonique.  Montserrat Rodriguez fut celle qui connut la plus longue carrière à Radio-Andorre puisqu'elle restera à la station durant plus de 30 ans mais à différents postes. Jusqu'au début des années 60 elle présentait les émissions en espagnol.  Maria Dolores Orobitg fut également speakerine de langue espagnole à cette époque.  Quant à Teresa Solano-Castillo, elle épousa  Guy Picart en 1952 et ils quittèrent tous les deux la station à cette date.

    Dans les années 40, la station commence à diffuser la nuit sur Ondes Courtes des émissions en langue anglaise à destination de l'Angleterre et des pays anglo-saxons. Elle embauche un speaker pour assurer ce programme plusieurs fois par semaine : Alain Becbeder.
    Du côté de la cabine des opérateurs du son, de nouveaux arrivants également : Amadeo Rossel Pujal, qui fut l'un des opérateurs du son durant la guerre, change de fonction et devient responsable de la discothèque et donc aussi de la programmation musicale de la station, poste important pour une station musicale. Il est remplacé à son poste en 1948  par Josep Mas Pons, âgé d'à peine plus de vingt ans. Josep Mas Pons est le fils de Josep Mas Palmitjavila, ancien responsable des travaux de l'émetteur et toujours responsable de la surveillance de l'émetteur d'Encamp. Josep Mas Pons restera attaché à la station durant 20 ans puis entamera une brillante carrière politique en Andorre. A ses côtés est embauché un autre jeune technicien du son, Agusti Pifarré qui sera fidèle à la station jusqu'en 1970.  Autre figure de cette époque, le technicien Paul Cousse est employé à l'émetteur d'Encamp sous la Direction de Lucien Killmayer, ingénieur en chef. Comme Lucien Killmayer, Paul Cousse est entré à la station à ses débuts et le restera jusqu'à la fin alors que Lucien Killmayer partira à la retraite en 1974.  Paul Cousse, que ces collègues appelaient affectueusement "papa Cousse" est une des rares figures de Radio-Andorre à avoir connu la totalité des directeurs et personnels de la station des années 40 à 80 mais il ne sortait jamais de l'émetteur d'Encamp et n'a pratiquement jamais mis les pieds dans les studios du Roc des Anelletes.
    C'est cette petite équipe réduite qui va être chargée de relancer la station au lendemain de la guerre en jouant la carte de la convivialité, de la proximité, de la complicité.  Les résultats seront largement à la hauteur car c'est une des périodes où Radio-Andorre sera une des principales stations de langue française, sans négliger son auditoire espagnol qui restait plus marginal mais néanmoins indispensable.

    Organigramme - 1948

    • Administrateur :

    Stanislas Puiggros.

    • Propriétaire :

    Jacques Trémoulet

    • Directeur :

    Maurice Perrot

    • Speakers / animateurs
    Guy Picart
    M. Levrat
    Teresa Solano-Castillo
    Maria Dolores Orobtitg
    Montserrat Rodriguez
    Gerardo Esteban
    • Maintenance émetteur :
    Lucien Killmayer.

    Paul Cousse
    Josep Mas Palmitjavila
    Paul Cousse

    • Techniciens, opérateurs du son :

    Josep Mas Pons
    Agusti Pifarré
    Victoria Segalàs i Fité
    Daniel Martinet

    • Responsable discothèque :

    Amadeo Rossel Pujal






    Les biographies.

    Cliquez pour découvrir leurs biographies :


    1948 | Informations techniques

    Identification


    Logo :

    Radio-Andorre

    Indicatif :
    "Ici Radio Andorre - Aqui Radio-Andorra"

    Slogans :

    "Entrain, rythme, détente"

    "Puissance, popularité, rendement"

    Fréquences


    Ondes moyennes :
    426 m- 704 kc
    60 kw

    Ondes courtes :
    50,16 m - 5980 kc
    25 kw

    Émetteur :
    SFR
    Puissance : 60 kw

    Adresses


    Studio :

    Roc des Anelletes
    Andorre-la-Vieille
    Principauté d'Andorre

    Émetteur :
    Encamp
    Principauté d'Andorre

    Régie publicitaire


    Pour la France : 

    SGP
    Société de Gérance et de Publicité. (SOGEP)
    10 rue Clément Marot - Paris
    Pour l'Espagne :
    Radinform
    Radinform
    Plaza de Cataluña 9
    Barcelona


    1948 | Documents

    Articles de presse.


    fr
    27 déc 1948
    Le Journal de Genève.
    Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.





    1948 | Sources.


    Sources bibliographiques

    • FRANK TÉNOT - Radios Privées Radios Pirates - Ed Denoël 1977
    • RENÉ DUVAL - Histoire de la Radio en France - Ed Alain Moreau 1980
    • CHRISTIAN BROCHAND - Histoire Générale de la Radio et de la Télévision en France Tome 2 1944-1974 - CHR La Documentation Française - 1994
    • EUGENIO GIRAL QUINTANA - La radiodifusión en Andorra. Política, economía y espacio comunicacional en un país dependiente - Université de Barcelone - 1988
    • NOGUERES (DE) LOUIS - La radio aux frontières et la Misssion de l'Etat, Cavannes, Paris 1953
    • BANNEL MICHEL - A propos de Radio-Andorre, Réponse à Louis Noguères - Paris février 1953
    • JOURNAL LE MONDE : 21 décembre 1948

    Crédits photographiques

    1. Publicité parue dans Science et Vie :  - Collection privée Jean-Marc Printz

    2. Publicité parue dans "la Semana" 1948 - Espagne : - Collection privée Jean-Marc Printz

    3. Publicité parue dans La Semaine Radiophonique, oct 1948 : - Collection privée de Jean-Marc Printz
    4. Photo Fondation Valenti Claverol - Archives personnelles de Guy Picart

    Témoignages

    1. GEORGES MALTOT : Entretiens et échanges épistolaires depuis 1991.
    2. JOSEP MAS PONS : Échanges épistolaires depuis 2008
    3. GUY PICART : Interview par Jean-Marc Printz, dimanche 14 mars 2008 et échanges épistolaires en 2008


       




    Annonce

    Moteur de recherche


    Recherches internes






    Annonce

    Avertissement

    Tous les documents sonores, images, photos sont la propriété de leurs auteurs et leur reproduction est interdite sans autorisation de notre part.

    A propos